topic
Villecresnes
Superficie
562
Population
8000
Date du recensement
1993
Nom des habitants
les Villecresnois
Histoire de la commune de Villecresnes

du latin villa, « village », et de la latinisation du terme germanique désignant une hutte de branchages, cranea ou scresna.

Villecresnes connut dès les premiers âges préhistoriques une présence humaine, comme en témoignait la pierre autrefois dressée en grès, aujourd'hui brisée et déplacée. Les premières habitations du hameau primitif, en lisière de forêt, n'étaient sans doute que des huttes de branchages, lesquelles donneront plus tard son nom au village. En 1097, une donation faite sur le territoire de Villecresnes, en faveur de l'abbaye de Saint-Martin-des-Champs évoque pour la première fois le nom du lieu, suivie de celle de 1159, effectuée par l'évêque de Paris, Pierre Lombard. Un nombre impressionnant d'ordres religieux possèdent des biens à Villecresnes. Parmi ceux-ci, l'abbaye d'Yerres dont les bénédictines prélèvent dans les bois environnants les coupes jugées par elles nécessaires à l'abbaye. Au XVe siècle, l'écart de Cerçay est tenu par la famille des Budé, seigneurs d'Yerres. Les guerres civiles et de Cent Ans exercent leurs ravages sur la région. Deux siècles plus tard, ce sont les troupes frondeuses du duc de Lorraine qui déferlent sur Villecresnes. à partir du XVIIe siècle, l'histoire de la seigneurie de Villecresnes se confond avec celle de Grosbois. En 1623, Charles de Valois, seigneur de Grosbois, acquiert les droits seigneuriaux de Villecresnes, et jusqu'à la Révolution ils demeureront entre les mains des propriétaires du château voisin : Chauvelin qui érige le domaine en marquisat en 1734, puis le comte de Provence qui unit l'ensemble dans le duché-pairie de Brunoy. Bourgade essentiellement agricole, Villecresnes, dans les dernières années du XVIIIe siècle, voit apparaître les premières cultures de rose. De nouvelles occupations étrangères, russes cette fois, bouleversent le village en 1814 et 1815. Puis, en 1870-1871, ce sont les soldats mecklembourgeois, wurtembourgeois et prussiens qui ruinent l'économie rurale de Villecresnes. L'essor du village commence en 1875, avec la création d'une gare sur la ligne de chemin de fer prolongée jusqu'à Verneuil-l'étang. Dans les années 1930, le château de Cerçay est démoli et son parc loti. La population villecresnoise va ainsi doucement croître, jusqu'au bond en avant de ces vingt dernières années, lequel saura toutefois préserver l'atmosphère résidentielle de la commune, tant vantée au cours des siècles passés. L'activité agricole traditionnelle n'a pas complètement disparu, et la réputation de la rose de Villecresnes a depuis longtemps traversé les frontières.