topic
Teillay
Nom des habitants
930 hab.
Date du recensement
2007
Superficie
26, 21 km²
Histoire de la commune de Teillay

Le nom de Teillay vient du latin tilia, « teille » ou « tille » en ancien français, « fibre de chanvre ou de tilleul ».

La localité de Teillay s'est installée et développée à la lisière nord-ouest de la forêt dont elle porte le nom et qui, aujourd'hui, s'étend encore sur 2 252 hectares, dont 630 sur la commune de Teillay.

La voie romaine Angers - Carhaix traverse le territoire d'est en ouest dans sa partie nord. Le minerai affleurant et le bois omniprésent favorisent une exploitation très précoce du fer et la fixation des populations. Au XIIe siècle, des moines bénédictins fondent un prieuré à Saint-Malo-de-Teillay, et la région se trouve déjà sous la dépendance des familles nobles de Châteaubriant qui ne peuvent échapper aux péripéties de la guerre de succession pour le duché de Bretagne, après la mort sans descendance du duc Jean III en 1341. En 1350, Du Guesclin se cache dans la forêt avec une soixantaine de compagnons avant d'attaquer la forteresse de Fougeray, tenue par des Anglais partisans de Jean de Montfort.

 Au XVe siècle, le duc de Bretagne, François Ier, aurait enfermé son frère, Gilles de Bretagne, dans les cachots du château qui peu après, en 1452, est abandonné. Au XVIe siècle, la région n'est pas épargnée par les guerres de Religion de 1560-1598. René de la Chapelle, le seigneur de la Roche-Giffard, prend la tête de la Réforme. Ses huguenots saccagent le couvent Saint-Martin en 1562 et 1565 puis en 1662, le marquis de Fougeray y met le feu. Au XVIIIe siècle, les chouans se réfugient sous les frondaisons de la forêt, et entre 1942 et 1944, maquisards et réfractaires font de même.

La forêt est une source de traditions mythiques mettant en scène des lutins malfaisants, la bête de Teillay, l'âme du marquis de Coëtanfaö, des prêtres fantômes et des revenants. Aujourd'hui encore, la dévotion à « la tombe à la fille » est importante.

Dans la première moitié du XXe siècle, du minerai de fer est extrait à la mine de la Brutz, à cheval sur la limite est avec les communes de Soulvache et Rougé.