topic
Obsonville
Superficie
708
Population
90
Date du recensement
1999
Nom des habitants
les Obsonvillois
Histoire de la commune de Obsonville

du latin alba et villa, « terre blanche »

Déjà cité dans une charte de Philippe-Auguste, Obsonville est signalé par un don de Jean du Tertre en 1414 et par la présence d'un petit fort, aujourd'hui disparu. L'emplacement de ce fort, sur la place du Centre, est planté d'une croix et d'ormes en 1690. Obsonville reçoit l'autorisation de se clore en 1546 devant le déferlement des grandes compagnies. En 1640, les murs sont encore relevés. Baronnie au XVIIe siècle, le territoire est partagé, en 1663, entre les enfants de Nicolas Brûlart, seigneur du Boulay, et le seigneur d'Obsonville, premier chambellan d'affaires du duc d'Orléans et capitaine du palais du Luxembourg à Paris. En 1706 les héritiers Brûlart vendent à Bénigne Trousset d'Héricourt la moitié d'Obsonville. Anne-Louise d'Estourmel hérite de l'autre moitié, de sa mère Anne Brûlart. Les chauffeurs de pieds, déferlant d'Orgères-en-Beauce, viennent y semer la terreur en 1754. Le seigneur d'Obsonville, Charles de Trousset d'Héricourt, est maréchal des camps et armées du roi et capitaine au régiment des gardes françaises. Ruiné, il est contraint de vendre les terres et seigneurie d'Obsonville à Jean-Jacques Devin, le 28 août 1789. Devin de Fontenay la revend le 6 juillet 1791 à Madame Bellanger, née Plumard. Lors de cette vente, Obsonville est séparé du fief du Boulay, dont il relevait. En 1899, la commune refuse de participer au prolongement du tramway sud de Melun.