topic
Marly-le-Roi
Histoire de la commune de Marly-le-Roi

du celte mairilacus, "marle" ou "marne", "terre lourde".

La découverte d'un « menhir » au XIXe siècle indique que l'occupation humaine remonte à l'époque protohistorique. Le premier document écrit signalant Marly est un parchemin de la chancellerie royale datant de 697, à propos d'un échange de terrains avec l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. La forêt est l'une des grandes « buttes témoins » qui entourent Paris. Un texte du XIIIe siècle indique que ses flancs sont alors couverts de vignes. Louis XIV réunit les deux villages de Marly-le-Bourg et de Marly-le-Châtel, ce dernier étant créé par Hervé de Montmorency en 1087. Sous le nom de Marly-le-Roi, la nouvelle paroisse englobe également le port de Marly sur la Seine. À l'est, le « Vallon », entre le village et Louveciennes, devient sous Louis XIV un haut lieu de l'art de vivre et de l'art des jardins. Renommée Marly-la-Machine pendant la Révolution, la commune reprend le nom de Marly-le-Roi en 1814, bien que le château a disparu sous l'Empire. Marly-le-Roi perd également son port, mais le hameau de Montval-à-l'Ouest lui est rattaché. À la viticulture, le village substitue peu à peu la culture des fruits, des légumes et des fleurs. Avec le développement du tourisme parisien, Marly-le-Roi devient l'une des grandes sources d'inspiration des peintres Sisley, Pissarro et Bonnard, et un lieu privilégié de résidence pour des écrivains comme Alexandre Dumas fils et Victorien Sardou, ou des sculpteurs comme Maillol jusqu'en 1939. L'urbanisation, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, conquiert les terres de culture, mais préserve le vieux village. De grands groupes internationaux installent leur siège aux limites de la ville.