topic
Kervignac
Histoire de la commune de Kervignac

malgré la forme Plebs Veneaca citée au XIIe siècle, il est peu probable qu'il s'agisse ici d'un nom en ker, « village ». Plus vraisemblablement, il s'agit d'une fondation gallo-romaine, Calviniacus : « le domaine de la famille Calvinius ».

Plusieurs dolmens, dont la chambre-dolmen de Tri men-de-Castello, témoignent d'un peuplement ancien. Selon le Cartulaire de Quimperlé du début du XIIe siècle, Kervignac se nomme Plebs Veneaca. Cette dénomination en « plou » indique l'ancienneté de la paroisse, probablement fondée par les Bretons d'outre-Manche. Au Moyen Âge, Kervignac appartient au domaine ducal de Nostang. On y compte de nombreux fiefs, seigneuries, châteaux et manoirs. La paroisse fait partie du doyenné de Pont-Belz, le plus ancien du diocèse de Vannes. La justice y est assurée par la sénéchaussée de Nostang, puis par celle d'Hennebont après son transfert à la fin du XIIIe siècle. Le territoire de Kervignac, alors beaucoup plus étendu, est amputé au bénéfice de Merlevenez au sud dès le Moyen Âge, et de villages proches d'Hennebont au nord après la Révolution. Commune en 1790, Kervignac devient provisoirement chef-lieu du canton avant d'être incorporé au canton de Port-Louis en 1800. La commune a beaucoup souffert pendant la Seconde Guerre mondiale : entre le 8 août 1944 et le 8 mai 1945, 35 000 obus s'abattent sur le bourg.