topic
Évry
Histoire de la commune de Évry

du toponyme latin Aperacum, « le domaine d'Aper ».

Le village a successivement été dénommé Avriacum, puis Aivriacum, Aisvry, puis Esvry, Évry-sur-Seine, Petit-Bourg et enfin Évry. La première mention historique du site remonte à 998, lorsque le seigneur Ermenfred décide, à l'approche de l'an mille, de faire don de ses biens à l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés. L'histoire d'Évry au Moyen Âge demeure assez méconnue. Les XVIe et XVIIe siècles sont marqués par la construction de « maisons des champs » bâties par la bourgeoisie et la noblesse. Certaines d'entre elles deviennent de magnifiques châteaux sur la route de Paris à Fontainebleau et à proximité de la forêt de Sénart. Ces résidences, du nom de Grand-Bourg, Neufbourg, Mousseau, Beauvoir ou Petit-Bourg, sont occupées par des personnages illustres, tels la marquise de Montespan, le duc d'Antin, la duchesse de Bourbon et des hôtes royaux. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, Évry compte parmi ses habitants le richissime banquier Alexandre Aguado qui joue alors le rôle de mécène. Le chemin de fer arrive en bordure de Seine à la même époque. Pendant la révolution industrielle, les usines Decauville, à l'origine du chemin de fer à voie étroite, s'installent sur le territoire. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les châteaux sont détruits, et à partir de 1950, la commune de villégiature commence à prendre le visage d'une commune de banlieue. Elle devient préfecture du nouveau département de l'Essonne dans les années 1960 et donne son nom à l'une des cinq villes nouvelles de la région parisienne.