topic
Château-Landon
Superficie
2935
Population
3364
Date du recensement
1999
Nom des habitants
les Chatellandonnais
Histoire de la commune de Château-Landon

peut-être de Lentulus, lieutenant de César ou du celte nant, « vallée, rivière », c'est-à-dire la ville dominant la vallée.

Près de vingt sites préhistoriques importants, étagés sur les crêtes des deux rivières, sont recensés à Château-Landon. À l'époque romaine, sa situation géographique particulière, sur un éperon, en fait un oppidum, où se retranchent les habitants des villae alentour en cas d'insécurité. Son appartenance au pagus Wastinensis, nom latin du Gâtinais, perdure du temps des mérovingiens, comme l'indiquent la découverte d'un cimetière de sarcophages et l'ébauche d'une abbaye. Pendant des siècles, le culte de saint Séverin, mort sur ce site en revenant de Lutèce où il avait été mandé pour guérir Clovis, y est célébré. Charles Martel y installe par la suite l'un de ses capitaines, en remerciement de services rendus. La lignée des comtes de Château-Landon et du Gâtinais est ainsi fondée. Au Xe siècle, une motte féodale est édifiée, qui, progressivement, se complète d'une résidence seigneuriale importante. C'est là que naît, en 1043, Foulques IV Le Rechin, petit-fils de Nerra, comte d'Anjou et grand-père de Geoffroy V Le Bel, qui ouvre la dynastie des Plantagenêts. Charles le Chauve y établit un atelier monétaire, qui dure près de trois siècles. La ville rentre dans le domaine royal grâce à Philippe Ier et devient une résidence intermittente des rois de France sous les Capétiens. La présence de trois églises, de trois abbayes, du prieuré Saint-André, de très nombreuses chapelles et d'un Hôtel-Dieu démontrent l'essor de la ville au XIIe siècle. C'est une période de prospérité agricole, rythmée par des marchés et des foires tout à fait comparables, toutes proportions gardées, aux grandes foires proches de Lagny et de Provins. Charles VII accorde ainsi une franchise à la foire de la léproserie de Pontfrault. La fin du Moyen Âge et les guerres ruinent la ville et provoquent son dépeuplement. À l'époque moderne, la Réforme, qui trouve audience chez Renée de France, à Montargis, n'atteint que quelques familles de hobereaux locaux. La ville est présente aux états généraux de 1789 par un cahier de doléances rédigé avec une grande précision par Petit, avocat au Parlement, Jullien, chirurgien et Pelletier, avocat. Au XIXe siècle, l'extraction et la taille de la pierre se développent particulièrement pour la construction de l'Arc de triomphe, à Paris. Charles Dullin installe, vers 1922, sa troupe de théâtre à Château-Landon. Raymond Rouleau, Jean-Louis Barrault, ou encore Marcel Achard y jouent, alors qu'ils ne sont pas encore connus. Après la Seconde Guerre mondiale, le grand essor agricole, dû à la conjonction de la diffusion des engrais et de la mise en place du plan Marshall, transforme une ville pauvre en l'un des grands pôles céréaliers français.