topic

Église de la Trinité

Morigny-Champigny
Église de la Trinité, Morigny-Champigny
Église de la Trinité
Matériaux
Calcaire, pierre de taille, grès, meulière, moellon, enduit
Classement
Classé MH : 1862
Datation
XIe siècle - XVIe siècle

L'existence de l'église de La Trinité de Morigny-Champgny est attestée en 1119, date de sa dédicace par le pape Calixte II.

Construite pour les moines de l'abbaye bénédictine de Saint-Germain-de-Fly, elle représente un vaste édifice dont ne subsiste plus aujourd'hui que la partie constituée par les actuelles grandes arcades de la première travée de la nef et quelques piliers situés pour l'essentiel dans les deux premières travées des collatéraux et la première travée de la nef. Ils sont soit isolés avec un noyau cruciforme bordé de demi-colonnes, soit engagés avec demi-colonne sur dosseret.

Les importants travaux accomplis au XIIIe siècle, notamment la construction de la tour-clocher et des arcs-boutants, sont anéantis par la guerre de Cent Ans. Une reconstruction partielle intervient entre 1525 et 1540. Sont concernés le chœur, les collatéraux et l'abside à trois pans voûtée sur croisée d'ogives. L'église abrite également une collection de dalles funéraires taillées entre le XIVe et la fin du XVIIIe siècle. La plus ancienne est celle de Guillaume Magnant, mort en 1353, mais la plus intéressante est celle de Galéas de Salazar, mort en 1523, dont il ne subsiste qu'un fragment. Galéas est le père de Jean de Salazar, abbé du couvent de La Trinité, élu en 1525 et le frère de Tristan de Salazar, archevêque de Sens.

Vers 1868 sont réalisées dans le chœur trois verrières par l'atelier Lorin de Chartres, à l'initiative de grandes familles de la noblesse et de la bourgeoisie locale.